[RISITAS] Chronique d’un Lyonnais étudiant

L’auteur

Auteur: Waist_of_time

Topic: [RISITAS] Chronique d’un Lyonnais étudiant

Le Risitas

Préface

Avant tout, je dois vous prévenir : je ne suis pas un aventurier de ouf (coucou LeStoppeur), je ne suis pas un tchétchène ravagé par la guerre (coucou Lnp), je ne suis pas un baiseur professionnel (FrenchGuy, Célestin l’au-pair ).

Je suis en Master 1 et je traîne ici depuis plusieurs années

Ce topic ne va donc pas être une histoire de ma vie, mais plutôt des épisodes marquants. Eventuellement, je développerai certains passages à la demande des kheys

Evidemment, tout est NoFake, puisque j’écris des moments que j’ai vécu ou parfois des choses au jour le jour :ok:

Bref sans plus attendre, la partie 1 (j’ai fait le topic ce matin, mais sans stickers et un peu à la va-vite)

La femme araignée

Cet épisode se passe le 19 mai 2017

Encore 2 mois et demi de stage

Comme tous les matins, tu fais ton chemin d’esclave pour aller travailler

T’es tranquille dans ton métro, tu vas vers Grange Blanche

Tout ce passe bien, t’as même une place assise, comme t’as mal aux genoux ces temps-ci, tu dis pas non

“Monplaisir-Lumière” annonce la voix des TCL dans la rame

Le métro est déjà bien bondé, rempli d’étudiants et de jeunes qui sont montés deux stations avant

Tu descends à la prochaine station, mais tu restes assis comme une grosse feignasse

Tu entends alors un “Pardon madame”, plutôt classique, juste une personne qui veut rentrer dans la rame

C’est une petite main, à hauteur d’enfant, qui vient pousser un peu pour se faufiler

C’est quand tu aperçois ce qui vient de se faufiler que tu comprends

C’était pas une main qui poussait

C’était un pied

Tu connais la chose qui se tient face à toi

Certains appellent ça des horreurs, les lyonnais appellent ça la femme araignée

C’est une Rom, elle aurait l’âge d’être ta mère

Sa légère particularité, s’est que c’est genoux sont PLIES A L’ENVERS

C’est une sorte de pont humain

Aujourd’hui, comme les autres fois où tu l’as vue d’ailleurs, elle portait son petit sac à dos rose.

C’est assez compliqué de dire où il est sur son dos, surtout quand on sait que son dos est perpendiculaire à ses membres de quadrupède

Elle lève la tête, ton regard croise le sien l’espace d’un instant

T’as l’impression que ton âme va se faire absorber par ce cosplay Eco + de la meuf de The Ring

Tu détournes le regard, tes yeux se posent sur ces genoux

Intérieurement, tes genoux te font encore plus souffrir qu’avant

La scène pitoyable et l’atmosphère de malaise est pesante

Cette araignée est connue des lyonnais, pourtant on peut toujours palper le malaise quand elle rentre dans ta rame

Tu ne peux pas te permettre de rire de ses Crocs, qu’elle porte aux pieds et aux mains, et tu as peur de baisser le regard pour ne pas la revoir dans les yeux

Alors tu dois rester de marbre

Y’a une gamine sur la rangée de siège en face, qui tire la manche de son père en gémissant.

Elle est terrorisée, c’est probablement sa première rencontre avec l’araignée

Son père lui cache la vue avec un journal, tu vois des larmes sur les coins des yeux de la gosse

Et puis quelque chose te titilles la jambe

C’est pas la douleur de tes genoux non

C’est cette, cette chose-là, qui est en train te taper ta jambe

La femme araignée est une mendiante, bien évidemment

Elle te tape avec son panier, en prononçant quelques mots que tu ne comprends pas

Ton regard glisse légèrement pour observer

Grossière erreur

La première chose qui te viens à l’esprit, c’est qu’elle ferait un super repose pieds

Mais tu ne peux pas te permettre de rire

Tu te retiens d’exprimer tout haut ce que tous pensent tout bas

Et bordel c’est dur

Ce moment ne dure que quelques secondes, mais pour toi ça semble durer des heures

Après t’avoir torturé comme il faut, elle se tourne et va mendier vers d’autres

“Grange Blanche, correspondance Tram T2 direction Perrache et saint priest Bel-Air, correspondance tram T5 direction Parc du Chêne et eurexpo les jours de salon. Ouverture des portes à droite, dans le sens de la circulation”

Ça, ce message, tu le connais par coeur, c’est l’annonce des TCL comme quoi t’es arrivé à destination

Tu es sauvé, tu te précipites à l’extérieur de la rame, la pression était insoutenable

Tu te demandes ce qu’elle fait toujours ici, il faut monter des escaliers ou prendre un escalator pour sortir du métro.

Et s’il existait un ascenseur ?

La peur au ventre, tu reprends ton trajet vers le travail.

Tu la regardes brièvement s’éloigner, avec ses paires de Crocs pour les mains et les pieds.

Encore 2 mois et demi de stage, à prendre le métro D

Voilà mes petits railles
Je ne sais pas à quelle fréquence je posterai, mais en semaine, ce serait en début de soirée, à cause de mon stage.

Fics similaires