PARTIE 3 :

La soirée est plutôt calme. Vous regardez un film dans le canapé du salon, c’est long et un peu chiant. Et aussi explicite qu’ait pu être Clémence dans sa déclaration, tu t’aperçois qu’elle ne fait pas montre d’une tendresse exemplaire.

Quelques légers câlins, mais pas de quoi faire monter Popol. Puis vient le moment de se coucher. Elle te laisse seul dans la piaule le temps de te foutre en pyjama. Assis sur le lit, tu prends le temps de faire le point.
Un mois plus tôt, il ne t’était jamais rien arrivé et voilà que tu arrives à plaire à deux filles en même pas trois semaines. Tu penses : « Wow, bon ok MacronSensuel… et maintenant ? Va falloir assurer »

Tu te couches, elle se couche.
« Je peux me coller ?
Oui. Tu dois, même, ha ha !
Hi hi »

Commence une série de papouilles de plus en plus osées. Et à un moment, tu n’y tiens plus, c’est la galoche.

ENFIN PUTAIN IL ÉTAIT TEMPS, ÇA FAIT CENT PARAGRAPHES QUE LES KHEYS ATTENDAIENT ÇA ENCULÉ DE TOCARD

Bref, tu tripotes du nichon par ci, de la fesse par là… mais ça n’ira guère plus loin. Désolé du spoiler alert, mais c’est hélas la triste vérité. Vous parlez pas mal elle et toi, elle te confie ses inquiétudes, sa fragilité, « oh là là tu vas me larguer un jour j’ai peur bla bla ».

En milieu de nuit, tu tentes une approche digitale (comprendre littéralement : avec les doigts) du V, y’a des poils mal rasés, ça pique un peu.

Tu ne t’aventures pas plus loin et tu t’endors la main sur son cul, satisfait pour le moment en te disant que la baise n’est vraiment plus loin.

Le lendemain, tu fais une première gaffe. Pour commencer, tu clames à qui veut l’entendre (enfin, surtout à tes potes) que tu as passé la nuit chez Clémence. Comme si c’était un truc dont il fallait se vanter à ce stade.

Et puis, vers midi, au moment d’aller au restau universitaire comme de bons prolos avec tout ton groupe, tu te décides à prendre la main de ta nouvelle « copine ».
Sauf que tu fais pas ça avec le romantisme et la délicatesse que ça implique. Non, tu y vas en mode Ray Mysterio, en arrachant sa main de sa poche et en essayant de la mettre dans la tienne.

Elle se débat, et refuse. Tous tes autres potes t’ont vu faire, et se disent « Heu, wow… il nous fait quoi là ? ».
Tu passes pour le roi des cons, bravo.

Bon, ça pourrait être pire. Tu ravales ta salive et ta fierté et tu laisses le reste de le journée se passer normalement.

Le jeudi ? Il ne se passe à peu près rien. C’est même assez froid.

C’est au détour du vendredi 16 avril qu’une bien belle surprise t’attend…

C’est le matin, tu t’apprête à partir en cours, tu discutes avec Clémence par textos. Et là, elle termine un de ses messages par « J’ai peur tu sais… »

Bon bah la suite est pas difficile à deviner

Cette petite pute pense que finalement elle a encore des sentiments pour Thibaut parce qu’elle a tiqué en voyant une fille sur ses genoux plus tôt dans la semaine

Et puis aussi elle te sort « j’ai pas envie de tout t’apprendre ». Oui oui, les kheys : tu as à peine 18 ans mais à ses yeux c’est trop tard pour se forger une première expérience sexuelle (parce qu’elle, elle a du perdre sa virginité à 15 ans maximum ).

Tu tentes de la raisonner mais rien n’y fait. Tu arrives en cours en chiale comme un bon gros fragile, tout le monde te voit mais tu t’en branles. Tu tiens un cours et puis tu t’en vas.