[MEGA RISITAS] N’ayez jamais ma vie sentimentale les Kheys !

L’auteur

Auteur: CoinToss

Topic: [MEGA RISITAS] N’ayez jamais ma vie sentimentale les Kheys !

Le Risitas

Yo.
Suite à mon topic magnifiquement supprimé par les fach… heu la modération, je reposte ma Risitas Story de dimanche dernier. Toutes les parties déjà publiées dimanche seront republiées dans les premier messages, et la sweet arrive aussitôt après.

AVANT-PROPOS
Salut à tous les kheys

Alors voilà : fin janvier de cette année je me suis fait larguer. Pourtant, tout se passait bien, mais vous savez comment sont les filles hein.

J’ai alors démarré une période très difficile : dépression, crises de larmes, et j’en passe… je suis toujours pas sorti du sable à l’heure actuelle.

Je me suis aussi un peu remis à fréquenter ce forum, et ça m’a fait du bien. Et puis, en lisant certains topics géniaux, je me suis dit que j’allais me lancer dans ma première histoire risitas, en vous racontant toutes mes déboires amoureuses.

Je me suis dit que ça pourrait me faire du bien de coucher tout ça sur papier avec humour. D’autant plus que y’a quelques jours (le 18 mai), ça aurait été notre premier anniversaire avec ma meuf. Je voulais d’ailleurs sortir le topic ce jour-là, mais c’était plus long que prévu et j’ai eu beaucoup de taf

En tous cas, vous verrez : il n’y a pas que ma dernière rupture en date qui vaille le coup d’être racontée.
Donc voilà le projet : retracer toutes mes aventures sentimentales, les bons coups, les échecs (qui sont quand même majoritaires hein ), et aussi, quand l’histoire arrivera à son terme, de livrer un petit bilan / morale pour essayer de faire réfléchir les kheys qui m’auront suivi, et peut-être en motiver certains.

:d) Quelques petites choses à déclarer avant de démarrer :g)

:d) LES RISITAS EN KIT C’EST NON. L’histoire sera certes divisée en plusieurs parties (à chaque nouvelle partie, je mettrai des liens pour aller lire les chapitres précédents), MAIS tout est déjà écrit. Ça fait plus d’une vingtaine de pages sur word en police 14. Bon, il me reste juste les stickers à implémenter, mais ça devrait pas trop me prendre un temps fou.
Entre deux chapitres, je m’efforcerai de répondre à vos questions si vous en avez
:d) Tout ce qui est raconté dans cette histoire est authentique. Bon, y’a bien évidemment des choses un peu amplifiées / romancées pour rendre le tout plus agréable et drôle à lire, mais tout les histoires sont vraies.
:d) Les prénoms des protagonistes ont été changés. Déjà parce qu’on est jamais trop prudent, et aussi parce que ça me permet de prendre un peu de distance avec tout ça.
:d) Comme toutes les histoires Risitas, j’emploie la deuxième personne du singulier, le « tu » de généralité quoi.

OK ÇA SUFFIT LA PARLOTTE C’EST PARTI !

PARTIE 1 :

Pas grand-chose n’est à signaler durant les dix-huit premières années de ta vie : ton enfance est heureuse, tu ne manques de rien.
Tu es un puissant Jean-Intellectuel au Q.I hypertrophié, et tu passes directement du CP au CE2, laissant derrière toi tous les rageux. Physiquement, tu te situes autour d’un 7/10. (tu étais même un 8,5 quand tu étais petit)

Le temps passe, le collège arrive et se passe sans soucis. Pareil pour le lycée en fait. Ton groupe de potes s’étoffe chaque année, tu n’es ni la grosse vicos façon Gilbert, ni le yes-life ultime. Un entre-deux discret et idéal, pas à se plaindre en fait.

Tu ne penses pas vraiment aux filles. Tu as eu une petite amoureuse comme à peu près tous les gosses. Si on y réfléchit bien c’est quand même affreusement con, une amoureuse d’enfance. Tu as une fille dans ton entourage, et hop, comme ça tu décides d’en faire ta femme tel un homme des cavernes bien Alpha. Le bon temps des petits bisous innocents et des lettres avec des cœurs dedans.

Pour revenir à l’adolescence, tu as bien quelques grosses poussées d’hormones assez difficiles à contenir vers les 14-16 ans dès que tu vois un bout de string dépasser, mais tu n’es pas le seul, tous tes camarades sont ainsi, et c’est normal en fait. Tu as aussi quelques élans sentimentaux par-ci par-là pour une fille ou deux, d’autant que tu es en L et que les jolies donzelles abondent.

Mais rien de concret, vraiment.
Forcément, les petits bourgeois qui composent ton lycée à 95% commencent à parler de pécho, de soirées… tu écoutes ce brouhaha d’une oreille mi-rageuse, mi-envieuse

Mais pas de quoi bouleverser ton équilibre fait de délires puérils, de cours parfois chiants, parfois intéressants et de découverte des autres plaisirs de grandes personnes, la picole en particulier. Une authentique vie d’adolescent immature mais pas encore trop mal dans ses pompes en somme

Un petit incident se produit cependant, lorsqu’un camarade de ta classe (tu ne sauras jamais lequel d’ailleurs) se fait passer pour une fille sur MSN (hé oui, j’ai bien dit MSN, oldfagisme paternalisme les kheys) et te déclare sa flamme d’une manière parfaitement pas naturelle. Trop gros pour être vrai. Mais bon, tu grilles vite le fake sans démasquer l’auteur malgré tout. Le doute subsistera toujours sur l’auteur du canular cela dit

Puis tu basses ton bac (mention AB, rage ?) et un jour de septembre 2009, les études supérieures te tombent dessus.

Tu découvres le monde, hostile mais excitant, de la fac à Paris. La liberté d’explorer cette grande ville, les possibilités nouvelles de la vie étudiante, l’ivresse après les cours (au sens propre comme au figuré )… au début, tu traînes un peu avec tout le monde tel un manouche des sentiments.

Tu découvres la fac dans toute sa diversité terrifiante : des paumés, des drogués, des végétaliennes chiantes, des mères de famille de 26 piges avec gosse qui reprennent des études, des blacks, des blancs, des péruviens (oui oui)

Et toi tu es là, 17 ans à peine (tu as sauté une classe je rappelle), sans expérience avec les meufs, mais bien convaincu que tu as encore le temps, et bien décidé à faire tes preuves maintenant que tu es officiellement une « grande personne ».

Pour commencer, tu décides de laisser pousser ta barbe. Ton daron a eu la chance de te laisser un héritage génétique pas trop infect, alors tu as bien l’intention de t’en servir.

Ce qui fait que tu as arbores une bonne bebar de brun ténébreux qui te fait passer plus vieux (parfait pour s’intégrer) et te rend aussi dix fois plus beau gosse. Du moins c’est ce que tu penses en constatant le succès des mal rasés tels que George Clooney, Bradley Cooper ou encore Jean-François Derec.

Petit à petit, tu commences à t’intégrer. Ton groupe d’amis se compose de plusieurs protagonistes, parmi lesquels :

-Marianne, la petite boulotte sympa mais naïve et qui ne comprend rien à rien.

-Juliette, la bonnasse brune sympathique 9/10 mais un brin dark à ses heures perdues.

-Clémence, la 4,5/10 nymphomane et un peu beauf qui a quitté sa province et ses tracteurs pour se lancer dans ses études (dur de trouver une université dans un patelin de douze alcooliques et vingt-cinq vaches faut avouer ).

-Thibaut, le mec bizarre / hipster pas méchant mais un peu dans son monde. Un genre de hipster un peu fade quoi

Les premiers mois se passent assez tranquillement. Tu as un petit faible pour Juliette (surtout qu’elle a l’air bien cochonne derrière ses airs de première de la classe, la ribaude )

Mais en réalisant qu’elle a déjà eu plusieurs copains (et toi que dalle si ce n’est les cinq doigts de ta main gauche ) tu te sens soudainement tel un petit étron de lendemain de soirée flottant au milieu de la cuvette.

Tu passes une journée à déprimer, mais tu te ressaisis assez vite. Y’a d’autres meufs, ta promo compte plusieurs dizaines de personnes, let’s go !